8 décembre 2023

Jeudi 30 novembre s’ouvrait la COP 28 !

Bien sûr, nous pourrions nous dire que le maintien de la grand-messe du climat est encore un petit espoir dans un horizon bien sombre.

Et outre le fait qu’elle eut lieu à Dubaï, ancien petit village de pécheur, devenue ville d’esclaves, pardon, travailleurs migrants, dans le 5ème pays le plus émetteur de GES à 20 tonnes de CO² en moyenne par habitant[1] (10 en moyenne pour un français, je ne parle pas de Bernard, bien entendu)

Ni qu’elle soit présidée par Sultan Ahmed El Jabern ministre de l’Industrie des Émirats Arabes Unis, et PDG d’Adnoc, la compagnie nationale de pétrole d’Abu-Dhabi, cette COP accouche d’un Fond sur les « Pertes et Dommages ».[2]

Un fond d’aide pour pays vulnérables, concept créé lui il y a 32 ans… par un avocat new-yorkais devenu ambassadeur des Vanuatu, un pays aux premières loges des perturbations qui verra surement le fond.

Ce qui fait chaud au cœur, ce sont les 400 millions d’euros de promesse de d’aide, notamment par les USA que nous félicitons pour leurs 14 millions !!!

Non je rigole, ce n’est évidemment pas suffisant pour réparer les milliards d’euros de préjudices que ce grand pays, enfin leurs gouvernants ont et auront provoqué dans le monde. Et ce ne sont évidemment pas non plus les peuples, par le biais de TVA qui devraient payer la note, mais bien les pétroliers, les charbonniers, les gaziers, les GAFAM et les ultra riches, ces derniers qui sont à eux seuls responsables de deux fois plus d’émissions que la moitié la plus pauvre de l’humanité entre 1990 et 2010[3]. Souvent les mêmes que ceux cités précédemment … Sauf Bernard peut-être.

Bref, je m’égare et reviens sur une autre bonne nouvelle. Cette COP 28 aura le plaisir d’être également la source de plusieurs réunions privées propices à la négociation d’accords commerciaux sur la fourniture d’hydrocarbure[4] !!!

Cette COP 28 marque un record dans l’affluence : 88 000 inscrits, dont 23 500 faisant partie de délégations nationales … parions qu’au-delà des ONG il y a aussi une petite armée de lobbyistes accompagnant les 2 400 lobbyistes chargés de défendre les énergies fossiles… [5]

Oui, une bonne nouvelle pour le fond « Pertes et Dommages », premièrement parce que cela lui promet d’être tout à fait utile et peut-être même rempli par les quelques dons défiscalisés d’entreprises pétrolières…

« Le Fonds monétaire international a calculé qu’en 2022, les gouvernements de 170 pays ont subventionné – via des allégements fiscaux, incitations ou financements directs – les énergies fossiles à hauteur de 7 000 milliards de dollars, l’équivalent de 7,1% du PIB mondial. De quoi trouver quelques marges de manœuvre financières… »[6]

Cela fait bien longtemps que l’on absout nos péchés avec une aumône.

Je vous laisse approfondir le sujet en suivant les liens ci-dessous qui ont servi à construire cette humeur.

Bonne lecture !

Simon L


1 décembre 2023

Infocratie ?

L’infocracie désigne une organisation dont les opérations ont pour socle le flux d’informations. C’est une organisation à structure plate, légère, moins hiérarchique, plus ouverte et plus flexible que les structures de pouvoir traditionnelles (aristocratie, démocratie, bureaucratie), parce que sa structure bureaucratique, ses règles et ses normes se traduisent dans (et imposent une discipline par) des systèmes d’information.

Lire la suite

20 octobre 2023

Numérisation sociétale, et transition écologique

Cet article met en évidence les impacts environnementaux et sociétaux de notre utilisation intensive des technologies numériques. La fabrication des composants électroniques nécessite des ressources rares et une énorme quantité d'énergie. De plus, l'obsolescence programmée et la surconsommation des appareils numériques contribuent à une augmentation des déchets électroniques dans le monde. L'utilisation des appareils connectés entraîne également une forte consommation d'énergie, alimentant la voracité énergétique des datacenters et de l'ensemble de l'infrastructure numérique. Une croissance spectaculaire de la consommation électrique liée au numérique est prévisible.

L'intensification numérique induit des dépendances géopolitiques et économiques, créées par la fabrication de ces technologies, ainsi que la domination américaine et chinoise des géants du numérique. Les interfaces numériques immersives isolent les individus dans une bulle de confort, contribuant à la fragmentation sociale et à l'isolement. Une régulation éclairée du numérique pour faire face à ces défis est-elle possible ?

Lire la suite

14 septembre 2023

Vulgariser la science du changement climatique : contrer le climato-scepticisme ambiant

D'après le sondage le plus récent que j'ai trouvé 1, 37 % des français se disent climato-sceptiques. Ce chiffre n'était que de 25 % en 2019. Si la tendence se poursuit de manière constante, il y aura une majorité de climatosceptiques en 2027.

Lire la suite

2 juillet 2023

L’ÉTHIQUE et les Tiques…

« en chassant les grands prédateurs, on se donne aux petits parasites, plus insidieux… »

Lire la suite

31 janvier 2023

L'autonomie intellectuelle

L'autonomie alimentaire et l'autonomie énergétique font sens chez des concitoyens toujours plus nombreux qui comprennent la période historique, où la population mondiale en croissance exponentielle se confronte à la limite des ressources. L'autonomie intellectuelle semble moins évidente à percevoir, car immatérielle et abstraite.

 

Lire la suite

27 janvier 2023

La chasse : des nuisances multiples, forfait d'une minorité

article publié localement en mars 2021 dans le cadres des actions de Larchant en Transition.

 

« Mais la chasse, c’est pourtant utile !? »

« La chasse est une composante essentielle des équilibres de la nature »

Willy Schraen, président de la Fédération nationale des chasseurs

- la chasse, c’est naturel

- la chasse c’est une tradition

 

Lire la suite

26 décembre 2022

Un cadre conceptuel sur 5 niveaux

modele 5 niveaux.jpg, déc. 2022

Traduction et adaptation de l'article https://thenaturalstep.org/approach/5-levels/

Lire la suite

- page 1 de 4