logo semis sauvages   designconseilformationressourcescontact
 

Démarche de design en permaculture 2/2

 
 

 

 

 

 

 


J’utilise une approche chronologique :
- les étapes importantes qui mènent au dossier de design
- la mise en œuvre du design
- le suivi et l’amélioration du design

Ce qui est évoqué dans ces pages n’aurait pas la prétention de remplacer les processus OBREDIMO ou SADI, mais d’expliciter ma démarche de design.

L’intention de départ
Tout design débute par une envie, une volonté, une intention. Que ce soit un design pour mon lieu de vie ou celui d’une autre personne, il est utile de questionner les croyances (représentation du monde ou worldview) et les valeurs (système de décision personnel) qui influencent le projet.

Un ensemble d’informations sont généralement transmises au départ, lors du premier contact. Après les avoir consignées, je programme une interview client.

Cet interview permet de lister les objectifs du projet, et d’explorer les moyens associés (ressources diverses) pour réussir à le mettre en œuvre. Ce calage en amont est essentiel : il permet de bien cadrer les choses et évite nombre de malentendus ensuite.

Observation
L’acronyme OBREDIMO nous enseigne que la première étape d’un design est l’’observation. Je préfère rencontrer le client avant de me rendre sur le site pour observer.

On programme ensuite une visite du site. Je fais une première visite en adoptant un regard ouvert : configuration du lieu, bordures, topographie, terre, eau, ressources présentes sur le lieu, observation des plantes spontanées (plantes bio-indicatrices pour affiner le paramètre du sol). Je note les points importants et photographie les éléments remarquables.

Documentation
Je complète ensuite les informations recueillies sur le terrain par des relevés sur place si c’est nécessaire. Je recherche alors les cartes, les informations sur le site et ses environs pour bien situer le contexte. A ce stade je commence à établir une liste des ressources disponibles que je complète par une liste des productions / fonctions souhaitées sur le site.

Je valide aussi avec le commanditaire les principes directeurs déduits des étapes précédentes. Ces principes directeurs permettent d’élaborer une stratégie de conception, qui indique les méthodes à privilégier pour le projet ; et donne des indications temporelles.

L’étude du (des) système(s)
La liste des éléments présents qu’il est souhaitable de conserver et la liste des éléments possibles pour réaliser les fonctions souhaitées conduisent au design fonctionnel. Dans cette étape, au travers de l’analyse des éléments clés (besoins, produits et comportements, caractéristiques intrinsèques), il est possible d’établir des connexions entre les éléments pour que les produits de certains éléments répondent aux besoins d’autres.

En parallèle, sachant que cette étape est plus ou moins approfondie selon les objectifs du donneur d’ordre, j’effectue une étude de soutenabilité pour envisager le design permaculturel comme une réponse au 5 enjeux principaux, voir sur :
http://ftp.semisauvages.net/ENVIRONNEMENT/5-enjeux.pdf

et de résilience (selon les critères de diversité, de réactivité et d’autonomie).

Pour les projets d’une certaine envergure, une approche multidimensionnelle croise :
- Technique
- Temps
- Patterns
- Systèmes
- Espèces, guildes

Méthodes de design en permaculture
La première méthode que j’utilise est le design des caractéristiques clés du site, en intégrant dans l’ordre :
- l’eau
- les accès
- les structures
- les secteurs
- les zones
- les facteurs limitants
Les informations relatives à ces aspects sont placés sur des calques séparés permettant de les visualiser séparément et en combinaison.

Pour compléter cette première représentation du design, j’’étudie le système avec une approche des flux :
- flux de travail
- flux de vie
NB : les flux d’énergie sont intégrés dans l’étude des secteurs.

En complément du design fonctionnel évoqué plus haut, le design intégratif étudie l’inter-connectivité des éléments dans un système donné. Les produits d’un élément fournissent les besoins d’un autre élément pour minimiser les déchets, obtenir une grande efficacité et réduire la charge de travail.

Pour approfondir l’étude de soutenabilité, il peut être judicieux de faire l’analyse de l’empreinte écologique.

De même, pour les sites ayant une topographie variable, la vue en coupe (ou plan en élévation) complète utilement cette approche.

Enfin, la méthode d’exclusion de McHarg permet de trouver l’implantation d’un élément ou système en excluant tous les endroits où il ne peut se placer. Pour ce faire on exclue les endroits trop proches des zones résidentielles, des forêts, à forte densité de faune et de flore sauvage, de marécages, ou encore nécessitant des accès onéreux (routes ou ponts).

Créativité
La créativité est une séquence que je trouve incontournable en complément des méthodes évoquées ci-dessus, car :

La logique vous mènera d’un point A à un point B. L’imagination vous emmènera où vous voulez.
Albert Einstein

La créativité est le réel booster du design. J’utilise des techniques de créativité pour guider l’action de mon cerveau gauche et l’intuition, le feeling pour mon cerveau droit. Ainsi, dans une optique de travail à «cerveau total», le design permaculturel m’apparaît comme une activité cérébrale complète.

En complément, j’utilise dans cette phase de créativité les principes de permaculture pour faire de la créativité guidée et compléter la liste des idées. Cette liste est ensuite épurée pour éliminer les doublons et ce qui ne cadre pas avec les objectifs et les ressources.

Représentation du design
La représentation du design est l’aboutissement des travaux d’étude et de créativité utilisés. Elle se compose d’une illustration composée de calques isolant les niveaux d’information et permettant de les combiner entre eux. Ces calques font l’objet d’une hiérarchisation basée sur leur ordre d’implantation et leur niveau d’irréversibilité :
- l’eau
- les accès
- les structures fixes
- les flux d’énergie
Ces représentations graphiques se complètent par un dossier informatif regroupant les informations utiles au projet, les recommandations, l’organisation envisagée en termes de ressources et de planning.

Mise en œuvre du design
Pour un projet de design donné, il existe un vaste ensemble de possibilités. Au cours de l’étape de conception, un part de subjectivité oriente la formalisation retenue. Même si l’étude a été approfondie et que le dossier de design est très détaillé, lors de la mise en œuvre, on ajoute un niveau de complexité lorsque l’abstrait se confronte au réel : chaque solution sur le papier a plusieurs traductions possibles sur le terrain, en fonction des critères de décision principaux.

Des imprévus surgissent, auxquels il faut s’adapter ... parfois dans l’improvisation intuitive, souvent avec une recherche complémentaire.

La productivité d’un système est illimitée. Les seules limites sont l’information et l’imagination.
Ce principe, énoncé par Bill Mollison, nous enseigne que les possibilités de mise en œuvre sont vastes. Elles suivent bien sûr la chronologie établie par le planning, mais en cours de route les surprises, aléas, omissions, solutions optimisées apparaissent, et il est judicieux de ne pas s’enfermer dans une programmation trop rigide.

Amélioration du design
Une fois le design établi et implanté, vient la phase de maintenance et d’amélioration pendant laquelle il s’agit d’effectuer :
-l’observation et le suivi
-la résolution des problèmes détectés
Si le design n’englobe pas tous les domaines d’application de la permaculture, il est utile dans la phase d’amélioration de procéder, si c’est possible en termes de volonté du donneur d’ordre, d’étendre le design aux autres champs d’application décrits par la fleur permaculturelle.

Si la phase de design a ommis l’exploration du site en termes de résilience, il n’est jamais trop tard !

L’ éthique de la permaculture
L’éthique de la permaculture encadre la totalité du processus de design : à chaque étape je fais un bilan sous l’angle de l’éthique permaculturelle. L’éthique peut se voir comme les fondations : si elles ne sont pas bien ancrées, la construction sera probablement bancale. Pour moi, se référer régulièrement à l’éthique de la permaculture, me permet de savoir si le projet de design avance dans la bonne direction.

Philosophiquement
Permaculture is a philosophy of working with, rather than against nature; of protracted and thoughtful observation rather than protracted and thoughtless labour; and of looking at plants and animals in all their functions, rather than treating any area as a single product system.
La permaculture est une philosophie consistant à travailler avec la nature plutôt que contre elle, à observer longuement et attentivement plutôt que travailler longuement sans y réfléchir ; et de voir toutes les fonctions des plantes et des animaux, plutôt que d’envisager chaque endroit comme un système à produit unique.
Bill Mollison

La joie de pratiquer la permaculture vient selon moi de l’adéquation à une éthique simple et juste, d’avoir une vision intégrale de la notion de soutenabilité. Cette philosophie concrète permet de recréer des systèmes régénératifs et résilients.

L’aspect Zen du design m’apparaît sous deux directions. Il faut être dans un état détendu réceptif, concentré dans la plupart des étapes du processus de design. Et de façon complémentaire, la pratique du design a un effet apaisant. La raison que j’entrevois est que l’activité cérébrale à «cerveau total» évoquée plus haut a un effet relaxant et énergisant.

Aujourd’hui, la pratique du design a aussi beaucoup de sens si on se situe dans une perspective historique des enjeux écologiques. En résumé, il est intellectuellement satisfaisant de se sentir faire partie de la solution plutôt que du problème.

Je conclus avec une dernière citation :
Permaculture is the conscious design and maintenance of agriculturally productive ecosystems which have the diversity, stability, and resilience of natural ecosystems. It is the harmonious integration of landscape and people providing their food, energy, shelter, and other material and non-material needs in a sustainable way.
La permaculture est le design conscient et la maintenance d’écosystèmes culturaux productifs qui ont la diversité, la stabilité et la résilience des écosystèmes naturels. C’est l’intégration harmonieuse des paysages et des gens produisant leur nourriture, leur énergie, leur habitat et leurs autres besoins matériels et non-matériels d’une façon soutenable.
Geoff Lawton

 

Rédigé par Marc Zischka, Semis Sauvages.

Pour voir la carte mentale qui résume ce texte, rendez-vous sur cette page.

 
    © SemisSauvages 2021